Contes spirituels pour un monde nouveau

Linsoria et la pièce de Cristal (format pdf)

« Où suis-je ? » s'exclama Linsoria qui ressentait une vague crainte mêlée d'une certaine incrédulité. « Je ne peux pas être dans mon lit, sinon je pourrais humer l’odeur des douces fleurs des prés et entendre le murmure du ruisseau sous ma fenêtre. Où suis-je donc ? »

Elle regarda autour d'elle, les yeux bruns écarquillés, et sentit son cœur d’octogénaire se soulever devant la beauté et le mystère des lieux. En regardant ses pieds, elle vit qu'elle se tenait sur un sol de verre qui diffusait une chaude lumière allant du rose au jaune. De fines parois de cristal s'élevaient du sol éblouissant et le peignait de vives couleurs qui se répandaient en tourbillons sous ses pieds. Linsoria savait qu'elle se trouvait maintenant dans un endroit au-delà du temps et de l'espace connus. Alors comment, où et pourquoi ?

Une majesté silencieuse se dégageait de cette magnifique oasis de lumière projetant des reflets chatoyants et laissait présager un moment privilégié. Plus tard, lorsque Linsoria regagnerait son lit et sa prairie bien-aimée, elle parlerait de cette rencontre inoubliable à des amis triés sur le volet et dirait qu’elle avait connu l'aventure la plus remarquable de sa vie. Pour l'instant, elle était complètement absorbée par l'étrangeté de la pièce qu’elle voulait explorer en profondeur.

Alors que Linsoria se dirigeait vers le mur en face d'elle, celui-ci recula pour lui laisser davantage de place. Comme c'est prévenant, pensa-t-elle. Elle se dirigea vers un autre mur, puis encore un autre pour enfin découvrir que les cinq murs reculaient à mesure qu'elle s'en approchait. Je me demande comment ils font ça, se dit-elle. Elle découvrit également qu'en fixant intensément un mur ou le sol, elle pouvait voir des milliers de fines particules de lumière, chacune d’elles prenant les couleurs de l'arc-en-ciel pour s’amalgamer aux autres.

« Ce qui se passe devant moi est à la fois étonnant et merveilleux » murmura Linsoria pour elle-même ; troublée, elle ferma les yeux un instant pour avoir une idée plus claire de la pièce. Lorsqu'elle les rouvrit, une dame se tenait devant elle en souriant gracieusement. Elle lui ressemblait, mais elle était un peu plus grande et un peu plus jeune.

« Oh ! Nous nous sommes déjà rencontrées, n'est-ce pas ? » dit Linsoria, plongée dans un émerveillement sans bornes. Sa voix était à la fois accueillante et chaleureuse.

« Oui, c'est possible, » répondit la gentille dame aux yeux marrons sans bouger les lèvres. Elle attendit patiemment que Linsoria se remette à parler.

« Quel est cet endroit ? » demanda Linsoria, « Pourquoi suis-je ici ? »

Avec élégance, la dame répondit, « Regarde ton corps. »

En baissant les yeux, Linsoria réalisa que son corps s’était transformé. Des particules de lumière provenant des murs, du sol et même du plafond dansaient autour d'elle. Des couleurs chatoyantes allant du rose, du jaune et du vert en passant par l’argent et l’or se mêlaient joyeusement en tourbillonnant autour d'elle de plus en plus rapidement. Linsoria avait la sensation d’être devenue invisible. Son cœur se sentait aussi léger qu'une feuille flottant dans le ruisseau et aussi libre qu'une abeille dans les prairies.

La gentille dame poursuivit : « Tu vois, belle âme, toute la Création n'a qu'une seule expression. Tu crois sans doute être séparée des herbes et des villageois, mais ce n'est pas le cas. La vie révère la pensée que tout est créé à partir d'une source de lumière scintillante. C’est au départ de cette source que la lumière intérieure se déplace vers l'extérieur pour donner vie aux gens, aux animaux, aux insectes, aux plantes, de même qu’aux mondes et aux univers. Comme tu vois Linsoria, nous sommes pareilles, toi et moi. »

« Nous le sommes ? » dit Linsoria surprise, mais pas tout à fait convaincue.

« Oui, » répondit-elle doucement et fermement. « Dis-moi, quels sont les moments où tu as aimé le plus profondément ? »

Quelle étrange question, pensa Linsoria. A voix haute, elle répondit : « Quand j'ai mis au monde et élevé mes enfants et quand j'ai pu aider quelqu'un de malade et... Oh oui... Quand j'ai nourri ce chien errant qui s'était présenté à ma porte dans le froid, il y a plusieurs lunes de cela... Et... Oh oui... »

Elle poursuivit avant de s'arrêter brusquement et de regarder autour d'elle. Elle était tellement absorbée par ses paroles, qu’elle n’avait pas réalisé que sa merveilleuse compagne avait disparu et qu’elle était maintenant entourée d’un magnifique halo de lumière. Ce halo, gravitant autour de la pièce et de Linsoria, se transforma par la suite en une puissante sphère. Les yeux de Linsoria se remplirent de joie et un impétueux mouvement de l’esprit, tel une grande valse, fut amorcé. La lumière s’éleva en tourbillon à la fois en Linsoria et autour d’elle. Soudain, elle comprit une chose très importante : L'amour est source de toute création. Les personnes aussi bien que les choses sont issues du même Amour et de la même Lumière. Tout en tourbillonnant autour de Linsoria, l'esprit lumineux lui chuchota à l'oreille : « Poursuis ta vie dans la bonté afin que le monde reste en contact avec cette source étincelante de la miraculeuse Création. »

Le soleil matinal, qui répandait ses rayons à la fois sur les prairies et sur le petit logis de Linsoria, s’invita à son réveil. Ce n'était donc qu'un rêve, se dit-elle quelque peu nostalgique. Comme elle tentait de trouver une position plus confortable, sa main toucha un objet dur sous l’oreiller. Perplexe, elle tâtonna et trouva un petit objet en cristal qui émit une lumière rose et jaune.

La joie de Linsoria se répandit dans les prairies et son sourire devint aussi éblouissant que le lac sacré dans la forêt de Mareithia.

 

Traduction par Michèle Lessard lessardmichele@videotron.ca

 

Retour à l'index des Contes spirituels pour un monde nouveau

Retour à l'index Livres, poésie et musique de Regiena

 
Top of page / Haut de page